"C'est arrivé"


 Brigitte Bardot 
(0 commentaires)

 Au ciné 
(0 commentaires)

 A l'arrêt de bus 
(0 commentaires)

 A l'hôpital 
(0 commentaires)

 Les perroquets catholiques 
(0 commentaires)


Photos


 Majorette
 Sortez couverts
 So sexy
 Avec des pièces
 Chat perché

actu sur tropbontropcon.fr


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones
 Toutes les actus ...

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Google : Il y a 44 ans naissait le hip-hop
  Doodle : Fête nationale du 14 juillet
  Doodle : 140e anniversaire de Wimbledon
  Doodle : Il y a 114 ans naissait Amy Johnson
  Doodle : Hommage à Victor Hugo

Trop embarrassant

Il y a 227 histoires, Les 10 meilleures notes:

  bizutage suite  [Ecole/College] (2567 points)
  Bizutage histoire vraie  [Ecole/College] (1713 points)
  Humilié devant les filles  [Famille] (1456 points)
  middle school story part 2  [Ecole/College] (1130 points)
  Les punitions dans mon école  [Ecole/College] (1024 points)
  Coincé  [Ecole/College] (924 points)
  La partie de basket  [Ecole/College] (869 points)
  Nue devant la maison  [Divers] (746 points)
  Aventure au foyer des étudiants  [Ecole/College] (543 points)
  Plumé par 2 filles au strip poker  [Ecole/College] (522 points)

Contribuez !!!

Liens


 Betisier
 ToutGratuit.fr
 Rencontres gratuites
 Mes albums photo
 Référencement Google
 Dictionnaire en ligne


Document sans titre
Coincé
par Anonymous le, 02/12/2007

Alex, 15 ans, je suis au collège, en 3°. J’ai un jeune frère de 13 ans qui est entré dans le même collège que moi.

Dans mon collège on est une bande de bon potes mais il y à aussi une bande rivale. Leur meneur, Franck, est dans ma classe, et nous évitons de nous parler. On ne s’entend pas du tout et en plus, il est assez gros et est super jaloux de mon physique. Nous nous arrangeons toujours en gym lors des matchs qui nous opposent, pour se mettre une bande contre l’autre et bien souvent, les coups pleuvent plus que nécessaire.

Lors d’un match de basket, Franck a mis un coup de coude violent à un de mes potes; nous avons perdu le match. Bref, nous étions bien énervés et dans les vestiaires, mon pote qui avait pris le coup de coude est arrivé derrière Franck et a tiré sur son survêt pour le lui baisser et le caleçon est descendu avec. Franck s’est retrouvé la bite à l’air cinq secondes, le temps de tout remonter, mais il était mort de honte car tous les mecs, même ceux de sa bande, se marraient comme des fous.

Nous pensions que cet incident était sans importance mais Franck l’avait très mal pris et plutôt que de se venger sur mon pote, il s’en est pris à moi. C’est vrai que je ne m’étais pas gêné pour le traiter de petite bite devant tous les élèves de la classe, y compris les filles qui n’avaient pas vu la scène.

Un matin, il est venu me voir, j’étais assez surpris car ce n’est pas dans nos habitudes de nous parler.

— Alex, viens voir, j’ai un truc à te dire

— Oui, quoi?

— Tu t’es bien foutu de ma gueule quand je me suis retrouvé la bite à l’air, et bien maintenant, ça va être mon tour de rire!

— Ah oui, tu vas peut être me tirer mon Jeans pour voir ma queue?

— Oh non, puisque les profs ont tous une réunion après la récré, on aura du temps donc, tu vas venir à la récré dans le gymnase et tu vas baisser ton froc tout seul, devant tous ceux et toutes celles que je fais venir et tu resteras la bite à l’air tant que je t’aurai pas dit de te rhabiller.

— C’est ça, bien sûr, et pendant ce temps, la marmotte elle plie le chocolat dans le papier d’alu... Tu délires mon pauvre. Tu crois que parce que tu me le demandes, je vais me foutre à poil? T’es vraiment ouf mon pauvre.

— Pas tant que ça. Avec ta gueule d’ange, on va bien rire quand tu seras à poil devant nous, car en fait, j’ai préparé mon coup ces derniers jours. J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire pour te ridiculiser devant tes potes, comme tu l’as fait pour moi quand je me suis retrouvé nu et que tu m’as depuis traité de petite bite. On va pouvoir comparer et voir comment toi, tu vas réagir. Mon plan est très simple. Tu l’aimes bien Jérôme?

— Bien sûr!

— T’as qu’à choisir, soit tu viens au gymnase de ton plein gré et tu obéis en disant évidement à tes potes de ne pas intervenir, soit on s’en prend à Jérôme. On lui casse la gueule et en plus c’est lui qui se retrouvera à poil devant tous. J’ai choisi aujourd’hui car vous êtes moins nombreux que nous. Mais si on touche Jérôme, je te jure que de toute façon, tu te retrouveras toi aussi la queue à l’air, de force, et la gueule en sang aussi. Alors tu viens ou on chope ton frangin? C’est toi qui choisis!

— T’es qu’un salop et si tu fais ça, je t’éclate.

— C’est ça, en attendant, on est en force, alors toi ou ton frère?

— Moi!

— Alors rendez-vous à 10h, au gymnase. À tout à l’heure.

Je n’en mène pas large, je réfléchis à la façon d’éviter ça, mais il est tellement dingue qu’il va exécuter son plan et que de toute façon, je vais me retrouver la bite à l’air. Alors autant que Jérôme ne subisse pas ça. Je trouverai un moyen de me venger, mais aujourd’hui, je ne peux rien faire. Si! Je peux aller voir le directeur, mais alors là, je n’ai plus qu’à changer de collège, et même de ville, après.

À la récré, je me dirige vers le vestiaire du gymnase. J'entre et là, il y a une dizaine de garçon et de fille qui ont été «invités» à la fête et qui attendent mon arrivée pour applaudir. Franck tient Jérôme devant lui.

— Salop, tu m’as promis que si je venais, Jérôme resterait en paix. C’est pour ça que je suis là, sinon je t’aurais éclaté la gueule.

— Justement, c’est ma garantie. Tu obéis, on ne le touche pas, sinon...

— OK, laisse-le partir, je suis là.

— Non, il vas profiter du spectacle. Jérôme, t’as déjà vu ton frère à poil?

— Non...

— Et bien, c’est l’occasion. Allez Alex, viens vers nous.

Je n’ai pas le choix, je me mets au centre et les garçons et filles qui sont là m’entourent.

— Bon allez, on va commencer. Alex commence par enlever ton blouson et ton sweet.

Je m’exécute.

— Bien, maintenant tu vires tes chaussures et ton Jeans.

Je ne peux toujours rien faire, alors j’enlève mes baskets et mon Jeans.

— Super, beau corps. Ça vous plaît les filles?

— Oui, il est pas mal foutu, c’est vrai!

— Et vous les mecs, vous en pensez quoi?

— Bien foutu mais on veut voir si c’est un vrai blond, il faut voir sa queue!

— Oui Alex, enlève ton caleçon et mets les mains sur la tête, on veut tous voir ta bite. Même ton petit frère est impatient. Allez exécution! À poil.

J’obéis. Je me retrouve entièrement nu devant ces 10 personnes, plus mon frangin. Je mets les mains sur la tête comme me l’a ordonné Franck...

— Bon maintenant, passe devant chacun de nous et reste comme ça, tant que la personne ne t’a pas dit de passer à l’autre. Vous autres, profitez-en pour regarder sa bite. Les filles, ça vous fera un cours d’anatomie masculine et les garçons, rincez-vous l’œil, ça lui foutra la honte à «gueule d’ange»!

— T’as vu? Il est vraiment blond, dit le premier garçon vers qui je me présente.

Je reste deux minutes face à lui, il regarde ma bite comme si il en avait jamais vu puis il me dit de passer au suivant.

— Belle queue, mais un peu petite non? Demande la fille vers qui je me présente. (La honte) Mais c’est vrai, il est blond. Quand même joli petit zizi...

Je continue mon tour comme ça, nu, les mains sur la tête, subissant les réflexions des 10 qui sont maintenant bien au courant de mon anatomie. J’ai la bite minuscule à cause de la honte. Je me place enfin en face de Franck. Jérôme est toujours devant lui et il ne peut s’empêcher de regarder ma bite. Je ne sais plus où me mettre. Je reste devant lui, les mains sur la tête.

— Oui, pas mal, mais t’es pas encore assez nu. Decallote toi ! Je veux voir ton gland.

— J’ai fait ce que tu m’as demandé. C’est bon, tu t’es vengé!

— Non pas assez!

— Non s’il te plaît, laisse-moi me rhabiller et partir!

— Certainement pas. Tu obéis ou ton frère...

— Bon, maintenant tu veux te barrer?

— Oui.

— D’accord, mais d’abord, on veut tous te voir bander!

— Non, s’il te plaît, pas ça. Tu m’as assez humilié!

— Non, tu vas te faire bander.

— Mais j’ai fait tout ce que tu voulais. Ça suffit!

— Non, si tu veux pas, dommage pour Jérôme; il va finir à poil lui aussi.

— Ok, je me fais bander mais tu laisses partir mon frère!

— Certainement pas. Il faut faire son éducation à ce petit. Dis-moi Jérôme, tu sais ce que c’est de bander?

Tous les autres se marrent, surtout les filles qui commencent à se dire que c’est super, les garçons aussi car voir leur ennemi dans cette situation est balaise pour eux!

— Bien oui je sais.

— T’as déjà vu un mec, en plus ton frère, bander?

— Non!

— Et la branlette, tu connais?

— Heu...

— Allez réponds, sois pas timide, c’est les filles qui te gênent? Elles savent toutes ce que font les mecs. Vrai ou pas?

— Oui, mais bon c’est pas le sujet, répond une des filles.

— Alors dis-nous, la branlette tu connais?

— Oui...

— Bon alors tu vas regarder ton frère le faire. Je suis sûr que ça va te plaire. Le grand frère qui se branle, c’est bandant non?

Je n’ai effectivement pas d’autre solution pour me faire bander devant tous, que de me branler. Je prends donc ma bite en main et m’astique. Une fois dur, je la lâche et reste devant tous, la bite droite.

Je suis enfin autorisé à me rhabiller. Ils me laissent là avec mon frère. et se barrent en se marrant et en me disant qu’ils ont immortalisé la scène sur leur téléphone, que si je ne veux pas que les photos circulent à l’école et sur le net, je ferme ma gueule. Je récupère mes fringues et me rhabille.

La honte de ma vie !

 

Voter pour cette histoire :

| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - CNIL : 1071593 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.24 secondes.