"C'est arrivé"


 Brigitte Bardot 
(0 commentaires)

 Au ciné 
(0 commentaires)

 A l'arrêt de bus 
(0 commentaires)

 A l'hôpital 
(0 commentaires)

 Les perroquets catholiques 
(0 commentaires)


Photos


 Majorette
 Sortez couverts
 So sexy
 Avec des pièces
 Chat perché

actu sur tropbontropcon.fr


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones
 Toutes les actus ...

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Doodle : Il y a 131 ans naissait la perforatrice
  Doodle : Google rend hommage au Pad Thaï
  Rencontre ratée
  Pour lutter contre la grippe
  Doodle : Joyeux Halloween

Trop embarrassant

Il y a 232 histoires, Les 10 meilleures notes:

  bizutage suite  [Ecole/College] (2578 points)
  Bizutage histoire vraie  [Ecole/College] (1737 points)
  Humilié devant les filles  [Famille] (1500 points)
  middle school story part 2  [Ecole/College] (1135 points)
  Les punitions dans mon école  [Ecole/College] (1039 points)
  Coincé  [Ecole/College] (929 points)
  La partie de basket  [Ecole/College] (879 points)
  Nue devant la maison  [Divers] (746 points)
  Aventure au foyer des étudiants  [Ecole/College] (552 points)
  Plumé par 2 filles au strip poker  [Ecole/College] (522 points)

Contribuez !!!

Liens


 Betisier
 ToutGratuit.fr
 Rencontres gratuites
 Mes albums photo
 Référencement Google
 Dictionnaire en ligne


Document sans titre
Limitless
par Anonymous le, 06/11/2017

Dimanche 5 novembre

« On vous suit pendant quelques jours. Au moment opportun, dans la rue ou ailleurs, on vous enlève et on vous emmène loin de chez vous, en vous enfermant si nécessaire dans un coffre de voiture. La suite aura lieu dans une cave de maison louée ou dans tout autre lieu adéquat où vous subirez toutes les pressions psychologiques d’un véritable kidnapping.»

Ces propos ne sont pas des menaces mais les termes du contrat proposé par le site Limitless, auquel j’ai adhéré le 17 septembre dernier. Je commence à me demander si ce site est sérieux, car il ne m’est rien arrivé depuis cette date et je n’ai même pas eu l’impression d’être suivi ou surveillé.

Ce dimanche matin, je traîne dans la cuisine pieds nus, en caleçon et en tee-shirt. Je me prépare à boire mon café quand on sonne à la porte. J’ouvre et je me retrouve en face de deux individus masqués, qui me demandent de les accompagner. « Comme ça, pieds nus ? » - « Ne t’inquiète pas, la voiture est bien chauffée »...

Nous empruntons l’ascenseur sans croiser personne et nous arrivons au rez-de-chaussée. Une voiture nous attend à l’entrée à l’immeuble, avec un troisième homme à la place du chauffeur. Mes ravisseurs me font monter à sa droite et s’installent sur la banquette arrière.

La voiture démarre. Assis en quelque sorte à la place du mort, vêtu seulement de mon tee-shirt et de mon caleçon, je n’en mène pas large mais je suis également très excité par la situation.

Au bout d’un quart d’heure, l’un des ravisseurs me demande d’ôter mon tee-shirt pour lui permettre de le voir de plus près. Je le lui donne et il me demande alors de le reprendre et de le jeter sur la route. Après quelques secondes d’hésitation, je m’exécute docilement et mon tee-shirt s’envole par la fenêtre de la voiture. Je suis maintenant torse nu et pieds nus, entièrement à leur merci...

Nous avons maintenant quitté la ville et nous nous retrouvons en pleine campagne, comme perdus dans un brouillard qui commence à peine à se lever... Le chauffeur m’ordonne alors d’enlever mon caleçon et de le jeter par la fenêtre : « De toute façon, là où on va, tu n’en auras guère l’usage »...

Quelques minutes plus tard, la voiture s’arrête au bord de la route. Ils me font descendre, nu comme un ver, m’attachent les mains et les pieds, me bâillonnent solidement et me jettent sans ménagement dans le coffre de la voiture...

 

Voter pour cette histoire :

| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - CNIL : 1071593 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.16 secondes.