"C'est arrivé"


 Rencontre ratée 
(0 commentaires)

 Brigitte Bardot 
(0 commentaires)

 Au ciné 
(0 commentaires)

 A l'arrêt de bus 
(0 commentaires)

 A l'hôpital 
(0 commentaires)


Photos


 Majorette
 Sortez couverts
 So sexy
 Avec des pièces
 Chat perché

actu sur tropbontropcon.fr


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones
 Toutes les actus ...

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Doodle : Saint-Valentin 2019
  Doodle : Hommage à Molière - 1re représentation du Malade im
  Doodle : Il y a 225 ans naissait Friedlieb Ferdinand Runge
  Doodle : Il y a 111 ans naissait Lev Landau
  Doodle : Il y a 86 ans naissait Dalida

Trop embarrassant

Il y a 250 histoires, Les 10 meilleures notes:

  bizutage suite  [Ecole/College] (2631 points)
  Bizutage histoire vraie  [Ecole/College] (1820 points)
  Humilié devant les filles  [Famille] (1628 points)
  middle school story part 2  [Ecole/College] (1185 points)
  Les punitions dans mon école  [Ecole/College] (1089 points)
  Coincé  [Ecole/College] (972 points)
  La partie de basket  [Ecole/College] (911 points)
  Nue devant la maison  [Divers] (763 points)
  Mise à l'air en forêt  [Ecole/College] (691 points)
  Aventure au foyer des étudiants  [Ecole/College] (576 points)

Contribuez !!!

Liens


 Betisier
 ToutGratuit.fr
 Rencontres gratuites
 Mes albums photo
 Référencement Google
 Dictionnaire en ligne


Document sans titre
Morituri (suite)
par Sherlock le, 06/01/2015

Je viens de passer ma première journée dans le chenil souterrain du professeur Morituri, qui abrite une quarantaine d'autres captifs. Nous sommes tous entièrement nus, enfermés à deux ou trois par cage, attendant les ordres de notre maître…

La nuit tombe lourdement sur le château de Schusselburg. Mon corps se tord dans le noir et se couvre de poils. Je deviens loup. Nous sommes maintenant quarante loups dans le chenil, hurlant de faim et de douleur. Les portes de nos cages s’ouvrent, nous sommes libres…

Je cours nu à quatre pattes dans la sombre forêt de Schusselburg, poursuivant je ne sais qui, je ne sais quoi… Quand la nuit s’achève, je me dirige instinctivement vers le chenil où je retrouve peu à peu mes formes humaines. Je me blottis dans la cage, nu comme un ver, et je contemple hébété les lambeaux de chair qui sont restés accrochés à mes ongles…

 

Voter pour cette histoire :

| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - CNIL : 1071593 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.16 secondes.