"C'est arrivé"


 Rencontre ratée 
(0 commentaires)

 Brigitte Bardot 
(0 commentaires)

 Au ciné 
(0 commentaires)

 A l'arrêt de bus 
(0 commentaires)

 A l'hôpital 
(0 commentaires)


Photos


 Majorette
 Sortez couverts
 So sexy
 Avec des pièces
 Chat perché

actu sur tropbontropcon.fr


 Visitez le monde entier en quelques clics grâce à des drones
 Toutes les actus ...

bon plan sur tropbontropcon.com


 


Fonds d'écran sur tropbontropcon.com


Barque sur la Seine
 Tous les fonds d'écrans ...

Sur le forum


  Daniel et le prof
  Les 3 fous a l'asile
  Les deux familles et l'evolution
  Doodle : Jeux Olympiques de la Jeunesse 2018
  La femme et la servante indienne

Trop embarrassant

Il y a 250 histoires, Les 10 meilleures notes:

  bizutage suite  [Ecole/College] (2631 points)
  Bizutage histoire vraie  [Ecole/College] (1799 points)
  Humilié devant les filles  [Famille] (1618 points)
  middle school story part 2  [Ecole/College] (1170 points)
  Les punitions dans mon école  [Ecole/College] (1088 points)
  Coincé  [Ecole/College] (967 points)
  La partie de basket  [Ecole/College] (906 points)
  Nue devant la maison  [Divers] (757 points)
  Mise à l'air en forêt  [Ecole/College] (663 points)
  Aventure au foyer des étudiants  [Ecole/College] (571 points)

Contribuez !!!

Liens


 Betisier
 ToutGratuit.fr
 Rencontres gratuites
 Mes albums photo
 Référencement Google
 Dictionnaire en ligne


Document sans titre
A poil sur un chantier
par Lothar le, 30/05/2012

Alors que j’étais étudiant, je m’étais fait embaucher sur un chantier de fouilles archéologiques dans le Midi de la France pendant mes vacances d’été. Un soir, alors que j’étais sous la douche, j’entendis soudain, venant des vestiaires, un grand brouhaha suivi d’une sorte de cavalcade et d’un bruit de portes qui claquent…

Intrigué, je sortis de la douche et je me dirigeai vers les vestiaires pour constater qu’ils étaient vides. A la place où j’avais déposé mes vêtements, il n’y avait plus qu’un petit mot griffonné à la hâte qui disait: «Comme on est sympas, on t’a quand même laissé tes baskets et tes clés de voiture pour rentrer chez toi»… Mes collègues s’étaient barrés avec mes fringues, ne me laissant même pas une serviette pour dissimuler ma nudité!

Je n’avais pas le choix: je dus traverser le chantier nu comme un ver, vêtu seulement de mes baskets, pour aller récupérer ma voiture. La nuit n’étant pas encore tombée, je craignais d’être surpris par d’éventuels promeneurs et j’avais beaucoup de mal à empêcher mon sexe de manifester un début d’érection… Je pus enfin me mettre à l’abri des regards en montant dans ma voiture et je fis les vingt-cinq kilomètres qui me séparaient de mon studio dans un mélange de gêne et d’excitation, craignant à tout moment de me faire arrêter par les gendarmes…
On en parle sur le forum...

 

Voter pour cette histoire :

| Contact | © 2004-2006 tropbontropcon - Webmasters Gold77 / aNaKRoN67 - CNIL : 1071593 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? | Page générée en 0.24 secondes.